VIE QUOTIDIENNE ET TRADITIONS POPULAIRES

Tasse de goûter matrimonial, Écaussinnes-Lalaing

Musée de Folklore et des Imaginaires

numéro d'inventaire : Âge de la vie – Mariage – Tasse de goûter matrimonial 1
Galerie

Photos

Description

Tasse de goûter matrimonial d’Écaussinnes-Lalaing.
 

Décor : le château-fort d’Écaussinnes-Lalaing.
 

Cachet : Boch Frères, La Louvière.
 

Espace des Âges de la Vie.
 

Inscriptions

Mention : « Souvenir / du Goûter Matrimonial / d’Écaussinnes-Lalaing / Lundi de la Pencôte ».
 

Au dos : « Pour être heureux / Mariez-vous ! »
 


 

Matériaux

Dimensions

6 x 11 x 8,5 (diamètre)

Histoire

Auteur / Fabricant

Boch Frères

Destinataire

Participants au goûter

Provenance géographique

La Louvière

Contexte d'utilisation

C’est en voulant remédier à la pénurie de mariages à Écaussinnes-Lalaing que Marcel Tricot eut l’idée de faire une publicité tapageuse autour de l’ancestral coutume de la plantation de " l’arbre de mai ". En secret, au début du mois de mai 1903, au moyen de caractères d’imprimerie en caoutchouc, il rédigea quelques affiches annonçant que 60 jeunes filles à marier du centre de la commune d’Écaussinnes-Lalaing offraient aux célibataires du cru, le lundi 1er juin 1903 (Pentecôte), un "Goûter Monstre" à l’occasion du "Mai" planté en l’honneur de la jeunesse. Aussitôt les affiches terminées, il alla, la nuit, les placarder aux lieux habituels de l’affichage mais aussi sur la porte des maisons communales, des églises de Saint-Rémy et de Sainte-Aldegonde, et des cimetières. Poursuivant ses "arsouillerie", il envoya une copie de son affiche à 13 journaux du pays. Son père, Cyrille, secrétaire communal à Écaussinnes-Lalaing, jouant le jeu du fils, répondit affirmativement aux questions que les diverses réactions lui posaient. Oui, le 1er juin, les filles à marier du village invitaient les célibataires locaux à un goûter monstre… Il n’en fallait pas plus pour la presse nationale d’informer les lecteurs. Ainsi naquit sur la place Georges Wargnies ainsi baptisée en l’honneur de son complice et ami, le premier "Goûter Matrimonial d’Écaussinnes-Lalaing". Bien évidemment, Marcel Tricot ignorait superbement que son "arsouillerie" aurait une renommée internationale, USA et Japon y compris.
D’après un texte de C. Brismé (C.I.H.L.) 


Source : www.ecaussinnes.be › ... › Traditions et Folklore